Avis Scotch Single Malt Bruichladdich Black Art 1994 Edition 8.1

Avis Scotch Single Malt Bruichladdich Black Art 1994 Edition 8.1

Ce single malt de la célèbre distillerie Islay est carrément solide.

Black Art est une série en cours de versions en édition limitée de Bruichladdich - nous en savons beaucoup. Au-delà de cela et des âges des whiskies, nous ne savons pas grand-chose. Et c'est ainsi que le veulent ses maîtres distillateurs (Jim McEwan, qui a été remplacé par Adam Hannett). Rien n'est révélé sur la façon dont ces whiskies ont été vieillis ou dans quel type de fûts ils ont été finis. Ce qui compte, disent-ils, c'est leur goût. Et cette huitième édition de Black Art a un goût délicieux. 

FAITS RAPIDES

Classification: scotch single malt

Compagnie: Rémy Cointreau

Distillerie: Bruichladdich 

Fût: non dévoilé

Publié: 2020 ; limité à 12 000 bouteilles

Preuve: 90,2 (45,1 % ABV)

Vieilli: 26 ans

PDSF: 450 €

 

Avantages
  • Pour les amateurs de whisky qui pourraient trouver des expressions Bruichladdich plus expérimentales comme Bere Barley ou Octomore un peu trop bizarres, Black Art est un single malt au style classique.

  • Black Art est la preuve que les distilleries d'Islay peuvent faire plus que fabriquer des bombes fumigènes tourbées. C'est un joyau non tourbé qui plaira aux amateurs de malts des Highlands et du Speyside.

Les inconvénients
  • Black Art joue le mystère de son vieillissement en fût, mais il n'a pas un goût trop hors des sentiers battus, ce qui peut décevoir certains adeptes qui s'attendent à l'inattendu.

  • Le prix est assez élevé pour un whisky de cet âge et de cette qualité, même à une époque où les prix des single malts vieillis montent en flèche. 

Notes de dégustation

Couleur : Cuivre moyen - de nombreux scotchs contiennent un colorant caramel pour assombrir leur teinte, mais Bruichladdich n'en fait pas partie. Ici, la couleur vient directement du fût.

Nez : Il est riche et fruité dès la première bouffée. Est-ce une finition en fût de vin ? Mais alors une salinité maritime arrive qui doit provenir du vieillissement en fût de sherry, n'est-ce pas ? La distillerie ne dit rien.

Bouche : Un fruité riche et rond rappelant les fûts de porto évolue vers une salinité sèche et noisette avec des notes d'orange confite. La vanille et le caramel indiquent le temps dans d'anciens fûts de bourbon, mais il y a certainement une présence prononcée de sherry ici. La quantité exacte, bien sûr, n'est connue que du maître distillateur de Bruichladdich, et il ne le dit pas.

Finale : C'est très long, sec et légèrement boisé, mais étonnamment doux étant donné qu'il a passé plus d'un quart de siècle dans le bois. 

Notre avis

Black Art 1994 chevauche deux époques de Bruichladdich. Il a été distillé et déposé l'année où la distillerie a cessé sa production, pour ne reprendre qu'en 2001, lorsque Jim McEwan en a fait la distillerie iconoclaste et révolutionnaire qu'elle reste aujourd'hui. Alors que Black Art joue le mystère de son vieillissement en fût, il n'a pas un goût si mystérieux. C'est certainement plus restreint que les offres de la marque comme Octomore et Port Charlotte. Mais tout de même, c'est un whisky magnifiquement exécuté.

Pour une expression de force de fût, l'édition 8.1 a une preuve relativement faible et est également assez douce en bouche. Mais il reste assez savoureux, avec des ex-bourbon, du sherry et peut-être des fûts de porto ou de vin évidents dans le profil de saveur. Un whisky de cet âge et de cette rareté (sans parler de son prix) n'est pas destiné à être mélangé, même s'il ferait probablement un délicieux cocktail. L'eau et la glace ne sont pas non plus nécessaires ou recommandées. C'est excellent tel quel.

Black Art 8.1 n'est pas ce que l'on pourrait attendre d'un whisky Islay - il n'est pas tourbé - ou plus précisément d'un Bruichladdich, car il est relativement sobre. Mais pris selon ses propres termes, il livre et plus encore. 

FAIT INTÉRESSANT

L'année 1994 a été la fin de la lignée pour l'ancien Bruichladdich. La distillerie a été mise sous cocon cette année-là en raison d'un manque de demande de single malts qui semble presque inconcevable aujourd'hui. Bruichladdich n'a rouvert qu'en 2001, lorsque Jim McEwan & Co. a modernisé la marque et a commencé à fabriquer le "Laddie" adoré des amateurs de scotch d'aujourd'hui.

 

L'ESSENTIEL

Pour une marque connue pour livrer des whiskies sortants, Black Art 8.1 est assez réservé et doux - et cher. Comme certains des derniers whiskies distillés avant la fermeture de la distillerie pendant plusieurs années puis vendus, il est historiquement significatif. C'est aussi un excellent single malt vieilli, ce qui en justifie le coût.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés