Une brève histoire des verres à bière

Une brève histoire des verres à bière

Lorsque je suis dans un pub, je ne me préoccupe pas de la forme du verre dans lequel ma bière est servie, contrairement à mon père, qui ne buvait que dans un verre droit à paroi mince - il disait ne pas supporter la sensation de la "chope" en verre épais contre ses lèvres. Le verre à bière droit ou légèrement incliné existe depuis le début du XXe siècle au moins. Mais l'authentique pinte anglaise "four-ale bar" (bar public) jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale était en fait un pot en porcelaine d'une étrange nuance de rose avec une anse blanche - voir l'essai classique de George Orwell "Moon Under Water" paru dans l'Evening Standard en 1946, où Orwell, toujours aussi snob, se plaint que cette pinte de la classe ouvrière devient difficile à trouver.


Dans les pubs de l'époque édouardienne, la verrerie habituelle était une pinte "droite", sans poignée et à parois épaisses (l'étain était réservé au saloon bar). Vers 1928, la chope à 10 côtés ou à anse "cannelée" est apparue, et c'est le verre à pinte que l'on voit dans toutes les publicités "Beer Is Best" de la Brewers Society dans les années 1930 (c'est aussi, de l'avis de ce buveur, le meilleur verre pour consommer de la bière anglaise).


Un verre à bière pint à 10 faces, vu dans une publicité des années 1950.

La pinte "à fossettes" est arrivée vers 1948, 1938, et a fini par évincer le verre "cannelé" dans le domaine de la pinte à anse (bien que les verres à pinte à 10 faces soient encore fabriqués jusqu'en 1964) : l'arrivée de la fossette a coïncidé avec le triomphe de la bitter sur la mild (brune), et les bières ambrées sont plus belles dans les verres à fossettes que dans les verres à faces droites : la lumière qui brille à travers une pinte de bitter dans un verre à fossettes est l'équivalent pour la bière des fenêtres de Salisbury ou de Chartres.

Entre-temps, au début des années 1960 et à la fin des années 1940, le problème majeur des verres "droits" - leur tendance à s'ébrécher ou à s'entailler lorsque les bords se frottent l'un contre l'autre pendant le lavage et le stockage - a été résolu par l'invention du verre "Nonik" (sans entaille), avec son renflement renforcé à environ un pouce ou un pouce et demi du bord, où les verres peuvent se frotter l'un contre l'autre sans dommage. Malheureusement, il pourrait durer plus longtemps, mais le "Nonik" doit être le récipient le plus laid et le moins attrayant pour boire de la bière jamais imposé à un public maussade - il ne contribue en rien aux qualités esthétiques du liquide qu'il contient.

Le verre à bière classique "à fossettes" (pint)
Le verre à bière classique à fossettes
Une variante, le verre à paroi mince "waisted", qui tire légèrement le bord vers l'intérieur pour éviter les "entailles", a été adoptée avec enthousiasme par les brasseurs de stout, ce qui en a fait, depuis les années 1970, le verre à bière irlandais/guinness classique. Il est également très utilisé dans le nord de l'Angleterre pour servir les pintes "à grosse tête" du style Yorkshire.

Aujourd'hui, le "Nonik" semble disparaître, remplacé par des verres à pinte à paroi mince, hauts, étroits et à peine effilés. Cependant, les formes des verres à bière peuvent être très conservatrices : le verre à bière "tulipe" de demi-pinte, tel que convoité par John Mills dans le film "Ice Cold in Alex", a maintenant au moins 60 ans.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés